L'EXPERIENCE DE L'IGNORANCE

 Le doute cartésien est qualifié de méthodique. Doute provisoire, bien sûr, mais aussi doute volontaire entrepris en vue d'atteindre finalement à une vérité indubitable. C'est ce qu'en disait Alquié, c'est ce qu'en dit le Discours de la méthode.

  Ce faisant, ce doute apparaît comme un doute purement intellectuel, peu susceptible, certainement, d'entraîner la conscience. Qui prétendra que l'on puisse être, par exemple, en sa plus grande intimité plongé dans l'incertitude, dans le trouble le plus entier par l'évocation d'un improbable malin génie acharné à nous tromper ?

 Le doute cartésien, celui du Discours auquel on se référe habituellement, est un doute composé pour l'occasion, occasion qui est, bien des années après le vécu qu'il prétend décrire, la présentation de la méthode et du cogito. Ce doute là ne correspond pas à un vécu. Un doute volontaire ne peut avoir que des incidences intellectuelles. Il n'atteint pas la conscience.

  Est-ce à dire que Descartes n'a réellement vécu aucun doute? N'a-t'il fait que singer Montaigne?  Certainement pas ! Mais son vécu n'est pas celui relaté dans le Discours. Son vrai doute à été vécu dans ses premières années quand il perçut l'insuffisance de la connaissance intellectuelle ou connaissance de l'objet.

  Ferdinand Alquié évoque à ce sujet la " déception " de Descartes. Non pas celle qui résulterait d'une impossibilité à trouver, ici ou là, dans tel ou tel livre, une vérité quelconque, mais une déception plus profonde, en réalité le sentiment d'ignorance, de profonde insatisfaction devant une connaissance qui n'évoque pas la sagesse. " Descartes, nous dit-il, n'oppose pas science et sagesse, il les veut réunir. Et sans doute sa déception initiale fût-elle de ne pas les trouver, déjà, réunies. " (1)

  L'expérience est , en substance, la même pour Descartes, Socrate, Montaigne, et bien d'autres qui constatent un jour qu'il n'y a de connaissance vraie que celle que l'on intègre par le pouvoir de la conscience. C'est la leçon de Spinoza pour qui la connaissance vraie ne peut-être qu'intuitive.

   L'expérience de l'ignorance articule le passage de la philosophie spéculative à une philosophie de sagesse.

1- " La découverte métaphysique de l'homme chez Descartes " P.U.F  (  Ferdinand Alquié est sans doute le meilleur commentateur de Descartes, ce qu'il doit à sa propre  expérience du cogito. )